Castor chauve de Papouasie

Castor Chauve de Papouasie

Castor chauve de Papouasie, une créature fictive dans notre univers, mais réel dans l’histoire du soir.

 

L’histoire du soir demande aux parents d’inventer et imaginer avec les enfants! Créer des personnages et des animaux, comme le castor chauve, c’est la routine de tous les jours pour le plupart des familles.

 

Les enfants aiment inventer des histoires, et leur imagination peut être sans limites. Par contre cette tache est souvent plus difficile pour nous les parents. Il faut trouver l’inspiration et avoir envie de s’engager dans un “jeu” où la fin est indéterminée. Pour le plupart d’entre nous, c’est l’inconnu, qui, nous bloque, car l’histoire dont on connaît la fin est plus facile. “Il était une fois, une princesses et un prince…. bla bla bla….. ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants… fin”. Ça c’est l’histoire facile, mais est-ce que c’est forcement le conte qui fait vibrer notre imagination et inspire nous enfant?

 

 

 

Bedtime story - Castor chauve de Papouasie

N’oubliez jamais qu’il n’y a aucune mauvaise idée pour une histoire.

Une créature comme le castor chauve de Papouasie, est un personnage aussi cool qu’un dragon, qu’on rencontre trop souvent.

 

 

 

 

3 étapes pour inventer l’histoire du soir

 

1. Créer et visualiser les personnages

Afin de rendre l’histoire plus vivante, décrivez le plus possible les personnages pour les rendre attachants. Ainsi votre chat sera en réalité : « Hector le chat, qui avait perdu sa queue dans une bagarre alors qu’il était petit » ou « Le castor chauve il a souvent froid. Une fois il a perdu tous ses poils car il avait peur d’un souris » Plus votre histoire sera riche, plus votre enfant sera susceptible de réagir en vous posant des questions.

 

2. Une contradiction pour débuter et des problématiques quotidiennes

Pour instaurer un peu de suspense, débutez histoire avec une contradiction dynamique. Par exemple : « Il était une fois un oiseau qui ne savait pas chanter » ou encore « Il était une fois, un castor ne savait pas nager ». En commençant avec un scénario inhabituel, vous appelez une résolution du problème et le reste de l’histoire sera plus facile à imaginer. Inclure des problématiques quotidiennement; “Le castor chauve n’a pas envie de dormir”, et des sentiments connus par les enfants; la tristesse, la peur,… Avec ces simples astuces on parle des problèmes sans pour autant les pointer du doigt.

 

3. Une histoire = une fin

Votre histoire doit emmener vos personnages vers un but. Si votre papillon ne sait pas voler, que va-t-il se passer ensuite ? Si le castor il a froid, va-t-il trouver un manteau bien chaud ? Votre situation de départ doit vous emmener vers une fin plausible. Éclatez vous a inventer l’histoire du soir avec vos enfants. Vous ne pouvez jamais trop en faire, le plus le mieux!